Nous vivons ici.

Ici, l’Image de Soi est la base de tout. La base de tout ce qui fait notre monde social. C’est le socle.

Chacun est seul a connaître la nature du rapport réel qui le lie à cette image. C’est le secret des individus. C’est le travail premier de la conscience en temps de paix. On n’a rien d’autre à faire. Tout ce qui nous compose, force, intelligence, espoir, imagination … tout concourt et fusionne en ce point : bâtir une image acceptable, une image avec laquelle on peut vivre au jour le jour sans trop de désagrément, une image qui nous maintienne à la hauteur d’un horizon idéalement envisageable. Celles et ceux qui arrivent à faire mieux, dépassent un peu la ligne d’horizon. Quelques autres, plus rares, parviennent à s’envoler carrément, faisant planer une certaine idée d’eux-même dans le monde et l’air du temps. C’est provisoire bien sûr. Ça dure au mieux le temps d’une vie, même si quelques icônes se survivent à elles-mêmes sur une génération, voire deux ou trois. Au-delà, c’est de l’ordre de la rareté, de l’exceptionnel, du miracle. D’ailleurs le soupçon d’une parenté divine surgit en pareils cas, même si, ici du moins, on choisit d’autres qualificatifs qui paraissent moins naïfs, par crainte du ridicule. Mais dans le fond, c’est cela que ça exprime. « Génial », « Grand », « Fabuleux », « Dément », « Extraordinaire » … On se plaît à imaginer du surnaturel à la source des talents qui brillent par delà tous les autres. Sans quoi que serions-nous, nous tous qui échouons dans l’entreprise ? Des moins que rien, des sous-hommes ? Non, il faut que le talent reconnu soit de l’ordre du prodige, recèle quelques causes inexplicables dans ses gènes pour justifier qu’il existe une espèce d’êtres vivants plus ordinaires, moins doués, qui n’ont pas eu la chance de naître auréolés d’une telle bénédiction.

UN AMOUR VASTE ET GRAND, POURQUOI PAS ?

Les pérégrinations d’OTO au sein du vaste monde – Un genre de roman en ligne